Design a site like this with WordPress.com
Get started

Le plan de guerre de Pékin : Échange avec Lude Media

Hector Rematal/AFP

Par Jeff Nyquist

L’Aube rouge n’est plus vraiment un film.

– LUDE MEDIA

J’ai interviewé M. D. Wang, et ses associés de Lude Media, dont l’organisation a récupéré un enregistrement de 56 minutes d’une réunion militaro-civile dans la province de Guangdong, destinée à préparer la Chine à la guerre. Selon M. Wang, le Parti communiste chinois (PCC) finance la guerre de la Russie en Ukraine. Cependant, dit-il, les meilleures forces de la Russie ne sont pas utilisées en Ukraine. Elles ont été déployées en Extrême-Orient, préparées pour une action contre l’Amérique.

Selon les sources de Lude Media, la Chine tentera d’utiliser le chantage nucléaire et la guerre hors-limites pour faire s’effondrer les États-Unis tout en forçant Taïwan, le Japon et la Corée du Sud à passer sous contrôle chinois. En cas d’échec, la Chine et la Russie lanceront une guerre à grande échelle contre les États-Unis. Les flottes russe et chinoise seront réunies – non pas dans le même océan – mais en attaquant le même continent, l’Amérique du Nord. Les Russes attaqueront par l’Arctique, les Chinois par le Pacifique.

Selon M. Wang, les confinements en Chine ont été utilisées pour cacher le déploiement de missiles balistiques intercontinentaux mobiles ainsi que pour d’autres armes. Les rues ont été nettoyées et les autoroutes fermées à cette fin. Pour éviter la détection par satellite, les convois de missiles ont été déguisés en convois médicaux ou COVID. Lude Media a rapporté que la Russie et la Chine ont conclu un accord pour envahir et occuper l’Amérique du Nord, en se partageant le territoire.

Lude Media a de nombreux contacts en Chine – des personnes qui croient en la liberté et veulent faire tomber le Parti communiste chinois (PCC). Alors même que le PCC a déclaré une “guerre populaire” contre l’Occident, les anticommunistes chinois ont déclaré une guerre du peuple contre le PCC. Ils veulent mettre en garde les Américains contre l’alliance Chine-Russie. Ils veulent que nos dirigeants sachent que nous devons résister au PCC à tout prix. Il ne peut y avoir de négociation avec Moscou et Pékin. L’Amérique ne doit pas abandonner ses alliés en Asie. Si nous ne défendons pas ces alliés, nous nous retrouverons isolés et économiquement brisés.

INTERVIEW

J.R. NYQUIST : Selon vos sources, le Parti Communiste Chinois se prépare-t-il pour la guerre ?

LUDE : Oui.

J.R. NYQUIST : Contre qui le PCC met-t-il en place cette mobilisation ?

LUDE : La stratégie en cours implique une tactique chinoise très ancienne. Il s’agit de l’encerclement d’un poste ennemi afin de bloquer ses renforts. Donc, le point qu’ils encerclent est Taïwan. Et le soutien qu’ils essaient de repousser ou d’éliminer est la force [de secours] américaine.

J.R. NQUIST : Donc, c’est essentiellement un blocus ?

LUDE : Oui.

J.R. NYQUIST. Alors, quelle serait leur première étape ? La Chine va-t-elle d’abord sortir sa marine et dire : “Nous bloquons Taïwan” ? Est-ce la première mesure qu’ils prendront ?

LUDE : La première étape est de piéger Taïwan. Ils utiliseront donc toutes sortes de blocus. Un blocus total.

J.R. NYQUIST : Donc, si des avions apportent des provisions à Taïwan, ils abattront ces avions ?

LUDE : Si les forces américaines veulent forcer le blocus, l’Armée populaire de libération commencera à tirer. Si cette force américaine est effrayée, ou si elle est vaincue, le blocus tiendra. La situation de Taïwan sera alors désespérée. Taïwan verra que l’Amérique ne l’aide pas. Donc, Taïwan serait très facile à prendre.

J.R. NYQUIST : Ils manqueraient également de nourriture ?

LUDE : Oui. C’est en fait – comme nous en avons parlé hier – une guerre psychologique totale ; parce qu’à l’intérieur de Taïwan, il y a aussi des forces comme le Kuomintang (KMT), qui travaillent avec le PCC. Si les forces américaines ne peuvent pas tenir leur promesse de défendre Taïwan, le parti d’opposition (KMT) dira : “Vous voyez, nous vous avions dit qu’on ne pouvait pas faire confiance aux États-Unis. Alors maintenant, travaillons avec la Chine, travaillons avec le PCC.” C’est le danger auquel nous sommes confrontés ici.

J.R. NYQUIST : Le Japon a également dit aux Etats-Unis que la sécurité de Taiwan représente un intérêt vital très élevé pour sa propre sécurité. Comment le Japon s’inscrit-il dans ce scénario ?

LUDE : Le nouveau militarisme des Japonais – c’est une chose sur laquelle le PCC va se concentrer ; parce que, par exemple, s’ils déclenchent un conflit près des îles Senkaku, ils diront que les Japonais l’ont provoqué. Ils enverront alors des gens en Chine pour protester contre le nouveau militarisme japonais, afin d’avoir une position de supériorité morale auprès du peuple chinois et d’obtenir son soutien pour cette guerre. C’est ainsi qu’ils prévoient de commencer ce conflit.

J.R. NYQUIST : Sont-ils incertains du soutien du peuple chinois ? Sont-ils inquiets à ce sujet ?

LUDE : Vous voulez dire le PCC ?

J.R. NYQUIST : Oui.

LUDE : En Chine, il y a une tradition pour déclencher une guerre. Dans chaque guerre de l’histoire chinoise, ils commencent par la justifier à l’aide une “cause juste”. Ils doivent trouver cette cause pour commencer la guerre, afin d’être pleinement soutenus par le peuple chinois qui a subi un lavage de cerveau.

J.R. NYQUIST : Cela me semble familier – comme ce que les Russes ont fait en Ukraine.

LUDE : Exactement.

J.R. NYQUIST : Quel est le rapport entre la guerre d’Ukraine et ce que les Chinois font ici ?

LUDE : Il y a plusieurs différences entre la guerre d’Ukraine et ce qui se passe ici. Premièrement, l’Ukraine est [presque] un pays enclavé qui ne peut pas être encerclé parce que l’Ukraine a des pays de l’OTAN adjacents à son ouest. Deuxièmement, l’Ukraine a une énorme profondeur stratégique. Cela signifie que la Russie aura du mal à prendre l’Ukraine dans son ensemble. Mais Taïwan est totalement différent. Taïwan est une île, il est donc très facile pour un grand pays comme la Chine d’utiliser ses forces navales et aériennes pour encercler et la soumettre à un blocus dans un premier temps. Deuxièmement, Taïwan n’a pratiquement aucune profondeur stratégique. Un gros canon peut pratiquement tirer à travers toute l’île. Ainsi, si Taïwan perd le soutien de l’Occident, elle est à la portée de la Chine communiste.

J.R. NYQUIST : L’invasion de l’Ukraine par la Russie est-elle une distraction de l’Extrême-Orient, pour détourner l’Amérique du Pacifique et de l’Asie ?

LUDE : En février, j’ai dit qu’il y aurait une guerre en Ukraine. La Russie allait envahir l’Ukraine à cause de l’accord entre Poutine et Xi. Mais nous sommes également convaincus que cette guerre en Ukraine ne sera pas une guerre à grande échelle montrant tout le potentiel de la force militaire russe. La force militaire russe devra se concentrer sur un futur conflit en Extrême-Orient.

J.R. NYQUIST : Donc, les meilleures forces de la Russie sont déployées secrètement en Extrême-Orient ?

LUDE : Absolument, parce que Xi et Poutine travaillent ensemble sur ce sujet. Ainsi, la profondeur stratégique de leur union est bien plus grande que tout ce que nous avons vu dans l’histoire. Elle est plus importante que celle de l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est pas comme si un seul pays attaquait. C’est à l’échelle mondiale. En ce qui concerne la force militaire russe, la pointe de leur lance est, premièrement, leur force sous-marine de missiles balistiques qui n’a pas été vue dans la guerre d’Ukraine. Deuxièmement, leur force de missiles balistiques intercontinentaux qui n’est pas non plus utilisée dans la guerre d’Ukraine. Et cela jouera un rôle majeur dans le futur conflit en Extrême-Orient et dans le Pacifique.

J.R. NYQUIST : Les Russes vont-ils déplacer leur flotte du Nord de l’Arctique au Pacifique en passant par le détroit de Béring ?

LUDE : Vu que l’océan Arctique sera un autre point chaud à l’avenir, je ne pense pas que la flotte du Nord sera déplacée vers l’Extrême-Orient par le détroit de Béring. L’océan Arctique sera un point d’intérêt pour les États-Unis et la Russie à l’avenir.

J.R. NYQUIST : En 2018, la Russie a mené l’exercice Vostok 18 avec des troupes mongoles et chinoises. Il s’agissait – si je me souviens bien – de simuler un bombardement nucléaire de l’Amérique, suivi de ce qui ressemblait à un exercice d’invasion pour l’Alaska. Vous en souvenez-vous ?

LUDE : En février, lorsque nous avons parlé de la stratégie de la Russie, nous avons mentionné dans notre programme que la Russie était – et avait été – intéressée par la prise de l’Alaska dans le futur, parce que les forces stratégiques en Extrême-Orient s’y préparent.

J.R. NYQUIST : Et j’imagine qu’ils attaqueraient aussi le nord du Canada.

LUDE : Oui, absolument, et, pour la Chine, dans la force de missiles balistiques intercontinentaux, il y a deux unités – deux bases – au Xian de Mohe – dans la partie nord de la Chine, à la frontière avec la Russie. Ces deux bases, avec leurs missiles balistiques DF-41, peuvent aller jusqu’à Washington.

J.R. NYQUIST : L’été dernier, les Russes ont simulé une attaque sur Hawaï, si vous vous souvenez.

LUDE : Yep.

J.R. NYQUIST : Nous voyons les militaires chinois se préparer, nous avons lu la transcription de la réunion de 56 minutes, nous avons lu que plus de 900 navires seront chargés en équipements militaires, nous avons également lu à propos de 64 navires rouliers de 10 000 tonnes. S’ils veulent assiéger Taiwan au lieu de l’envahir, quelles îles vont-ils envahir avec ces navires ?

LUDE : La cible des forces chinoises – ce pour quoi elles se mobilisent – sont les îles de la deuxième chaîne d’îles, depuis les îles Salomon jusqu’au nord. Toutes ces îles seront leurs points d’intérêt stratégiques dans le futur conflit.

J.R. NYQUIST : Cela inclut Guam ?

LUDE : Ce qu’ils vont attaquer, ce n’est pas chaque île. Rappelez-vous, cette stratégie n’opère pas dans le domaine militaire en soi. C’est comme un conflit multi-domaines qu’ils prévoient. Les domaines seront autant celui de l’économie, de la politique ; à l’instar de la cinquième colonne à l’intérieur des États-Unis conçue pour créer des tensions, des troubles sociaux et de l’agitation … et ainsi causer la destruction de la société et de la structure sociale….. Ils utiliseront le système américain pour attaquer l’Amérique ; parce que si nous avons une forte protestation à l’intérieur des États-Unis contre une guerre dans le Pacifique, le gouvernement ne sera probablement pas en mesure de faire grand-chose ; c’est quelque chose qu’ils planifient. Donc, ce n’est pas seulement le domaine militaire qui entre ligne de compte. Ce n’est pas seulement à la guerre conventionnelle qu’ils réfléchissent. Il s’agit d’une guerre multi-domaine “hors-limites”, utilisant toutes les choses auxquelles ils peuvent penser. Mais, [l’exploitation] du côté psychologique de la guerre est ce qu’ils essaient d’atteindre.

J.R. NYQUIST : Donc, utiliseront-ils la méthode chinoise classique “combattre-combattre, parler-parler” (référence à “Ta ta, tan tan”) pour progresser ?

LUDE : La stratégie Chine-Russie est, premièrement, une stratégie globale de profondeur. Deuxièmement, elle repose sur le concept de guerre hors-limites ; ainsi, ce qu’ils veulent, c’est faire tomber l’Amérique, faire tomber les États-Unis, comme ce qui est arrivé à l’Union soviétique. Quand l’Union soviétique s’est effondrée, il n’y a pas eu de guerre. Pas une goutte de sang versé ; mais tout le système s’est simplement effondré de l’intérieur. Ils essaient d’obtenir ce genre d’effet aux États-Unis en montant un parti contre un autre ; en montant une idéologie contre une autre…

J.R. NYQUIST : Le Président Biden est en train de détruire nos réserves d’énergie par sa politique. Ces politiques ont entraîné la fermeture de raffineries de pétrole et du pipeline Keystone. M. Biden coopère-t-il à cette manœuvre chinoise ?

LUDE : Je ne crois pas que M. Biden travaille avec le PCC. Sa fermeture des raffineries est motivée par des raisons environnementales. Elle n’est pas directement liée à l’effort de la Chine et de la Russie.

(Note de JR Nyquist : M. Lude ne sait manifestement pas que le discours sur le réchauffement climatique a été mis en branle par des responsables soviétiques au début des années 1980. Il suppose que M. Biden croit sincèrement qu’il faut combattre le réchauffement de la planète en étouffant la politique énergétique américaine. Je pense que de telles politiques énergétiques font partie intégrante de la stratégie russe, voire de la stratégie chinoise.)

J.R. NYQUIST : Cette politique énergétique de Biden a un impact négatif sur l’économie américaine en ce moment.

LUDE : L’énergie n’est pas un problème énorme parce que l’Amérique elle-même est autosuffisante en énergie. Mais ici, la Chine et la Russie veulent obtenir, sur le plan financier, une perte de confiance dans l’économie américaine. C’est quelque chose qu’ils essaient de faire depuis longtemps.

J.R. NYQUIST : Et, bien sûr, la Russie utilise l’énergie pour essayer de séparer l’Allemagne et le Japon des Etats-Unis.

LUDE : C’est un plan à long terme, la Russie y travaille depuis longtemps, en Allemagne.

J.R. NYQUIST : Dans quelles circonstances s’attendent-ils à ce que les armes nucléaires soient utilisées ? Ou bien gardent-ils des armes nucléaires en réserve au cas où la situation deviendrait incontrôlable ?

LUDE : Tout d’abord, l’arsenal d’armes nucléaires de la Chine a été préparé pour cela ; car la mobilisation se fait après que les armes soient prêtes. C’est ce que nous observons. Deuxièmement, ils se sont déjà assurés de la capacité d’atteindre le territoire américain avec leurs missiles nucléaires balistiques. Ils préparent cela pour leurs négociations. C’est un gros morceau sur leur table.

J.R. NYQUIST : Donc, ils vont d’abord essayer le chantage nucléaire ? Est-ce bien cela ?

LUDE : C’est comme la crise des missiles cubains à l’époque. Ce n’est pas comme si la Corée du Nord disait : “Hé, j’ai des armes nucléaires, je peux atteindre votre pays”. Ici, la Chine et la Russie – le PCC et la Russie – qui ont déjà démontré ce qu’ils étaient capables de faire. Et ensuite ils utilisent cela comme chantage nucléaire. C’est beaucoup plus puissant que le chantage nucléaire de la Corée du Nord qui veut plus de ressources.

J.R. NYQUIST : Parce que la menace de guerre nucléaire de la Russie et de la Chine est plus crédible ?

LUDE : Oui. C’est une menace très crédible.

J.R. NYQUIST : Les généraux russes ont une théorie qu’ils gardent en privé. Ils l’appellent “la théorie de la hache”. Selon cette théorie, si vous partez en guerre, vous utilisez d’abord votre arme la plus terrible ; il est donc très important dans une guerre nucléaire de frapper en premier.

LUDE : La théorie de la hache sera très efficace pour l’adversaire qui n’a aucune riposte prête à être déployée. Ainsi, la théorie de la hache russe est efficace contre les petits pays. Mais les États-Unis disposent d’une triade nucléaire capable d’exercer des représailles nucléaires à grande échelle. Ils seront donc très prudents avant de lancer une attaque nucléaire préventive. La stratégie du PCC est premièrement de montrer aux Américains qu’ils sont capables de ce type d’attaque.

J.R. NYQUIST : Vont-ils attaquer une cible plus petite, à titre d’exemple ?

LUDE : Si le conflit commence, la flotte américaine pourrait être une cible de leurs armes nucléaires tactiques. C’est une combinaison de différents domaines de la guerre. C’est à la fois une menace, et une démonstration de force qui fait partie de leur stratégie.

J.R. NYQUIST : L’Inde va être alarmée par cela. Elle a une large frontière avec la Chine et c’est une puissance nucléaire. Le PCC aura-t-il un problème avec l’Inde ?

LUDE : Nous savons que le quadrilatère en Asie-Pacifique – États-Unis, Inde, Japon et Australie – est une alliance très forte pour que l’Inde se sente en sécurité. Mais si ce système quadrilatéral s’effondre, l’Inde se retrouve seule face à la Chine et beaucoup de choses vont changer. La Russie est populaire en Inde. [L’Inde s’alignera alors sur la Chine et la Russie].

J.R. NYQUIST : Dans notre conversation précédente, vous avez mentionné que la Chine a construit des usines d’armement qui produisent des chars et d’autres armes pour la Russie en Mongolie.

LUDE : En Mongolie intérieure. Ils y ont une subdivision de la société Norinco.

J.R. NYQUIST : Mongolie Intérieure – dans le nord de la Chine.

LUDE : C’est une province de la Chine.

J.R. NYQUIST : Oui, c’est le nord de la Chine, près de la frontière mongole.

LUDE : C’est une prairie et il y a plusieurs villes là-bas. Norinco a plusieurs villes là-bas.

J.R. NYQUIST : Est-ce qu’ils construisent des chars russes ou des chars chinois ?

LUDE : En Mongolie intérieure, la First Machinery Group Corporation – c’est son nom, elle appartient au gouvernement chinois – est une subdivision de la société Norinco et elle fabrique des chars et des véhicules blindés pour l’armée chinoise et l’armée russe.

J.R. NYQUIST : Ils ne fabriquent pas de T-14, n’est-ce pas ? – L’Armata ?

LUDE : Je ne pense pas que la Russie partage cela avec qui que ce soit.

J.R. NYQUIST : Comment la Chine masque-t-elle ou cache-t-elle ses préparatifs militaires aux États-Unis ? Les Etats-Unis doivent savoir s’ils déplacent des missiles ou s’ils se préparent à une guerre nucléaire.

LUDE : C’est lié aux récents confinements en Chine. Ils bloquent les villes, ils enferment les gens chez eux afin que personne ne soit dans la rue. Ils ont également fermé de nombreuses autoroutes…. Puis ils utilisent des convois militaires déguisés en équipement médical ou en fournitures liées au COVID-19. Ils déguisent leur équipement militaire – comme les missiles et autres – en ce genre de convoi civil afin qu’ils puissent être expédiés sans trop se faire remarquer.

J.R. NYQUIST : Comment vont-ils protéger leurs communications militaires contre la NSA ? Les Américains ne vont-ils pas découvrir cette mobilisation en surveillant leurs communications ?

LUDE : Ce qu’ils utilisent, en fait, c’est l’équipement [de communication] civil. Et ils utilisent également des fréquences civiles pour communiquer avec ces convois. Mais, ce qu’ils utilisent, c’est un système de noms de code, de sorte que, par exemple, un missile puisse porter le nom de code d’un certain type de légume…

J.R. NYQUIST : Donc, “apportez-moi des carottes” signifie apportez un missile.

LUDE : Exactement. Ils disent aussi “combien de sacs de carottes” il faut apporter. Ils ont un livre de noms de code [qu’ils] tiennent, par exemple, [ils peuvent dire], “Nous allons à un certain supermarché qui est un endroit qu’ils ont sur leur livre de code. C’est donc très déroutant pour ceux qui essaient de les surveiller car ils n’ont aucune idée de ce dont ils parlent.

J.R. NYQUIST : Donc, nous sommes vraiment dans le pétrin quand ils demandent des patates douces à Shandong. (Rires.)

LUDE : Ils utilisent la bande passante civile pour communiquer cela. Ce que la Chine a expérimenté, c’est que les États-Unis n’ont pas la capacité de surveiller toutes les communications civiles en Chine. Ils peuvent donc cacher ce type de communication d’une manière très intelligente.

J.R. NYQUIST : Est-il vrai que la Chine finance la guerre de la Russie en Ukraine ?

LUDE : Le 4 février, j’ai expliqué dans mon émission que Xi Jinping et Vladimir Poutine ont signé un document secret pour devenir des partenaires militaires. Ainsi, après la signature de ce document, le PCC et la Chine ont financé l’invasion de la Russie en Ukraine. Poutine a besoin de ce genre de garantie pour même penser à commencer cette guerre.

J.R. NYQUIST : Et y a-t-il un endroit où les généraux chinois et russes se rencontrent pour se coordonner ? Y a-t-il un centre secret en Mongolie Intérieure, en Sibérie, en Mongolie – quelque part où ils coordonnent tout cela ?

LUDE : Nous n’avons pas prêté attention à la manière dont ils communiquent, seulement au contenu. Rappelez-vous l’unité militaire qui a perpétré le massacre de Bucha en Ukraine. Cette unité était originaire d’Extrême-Orient. Elle était basée à moins de 100 kilomètres de la frontière chinoise. C’est sur cette base que les militaires chinois et russes travaillent ensemble. Les troupes de cette division ou unité parlent toutes chinois. En 2021, un exercice militaire conjoint a eu lieu en Chine. Cette unité, la 64e division blindée, a été amenée à cet exercice par l’armée russe. C’est une unité bien connue des militaires chinois.

J.R. NYQUIST : A propos du leadership de Xi Jinping et Vladimir Poutine. Les gens les rendent responsables de ce qui se passe. Ces personnalités en sont-elles responsables, ou le Parti communiste et d’autres groupes de dirigeants collectifs suivent-ils un plan à long terme ?

LUDE : En Chine, le système politique est différent [quand] on le compare à celui des Russes. Il s’agit d’une dictature autoritaire centralisée, ce qui signifie que si nous parlons de Xi Jinping, nous parlons de l’ensemble du gouvernement chinois. Dans ce gouvernement, dans les hautes sphères de l’armée, il y a très peu de chances qu’ils travaillent ouvertement contre Xi Jinping ; donc si Xi veut que quelque chose soit fait, tout le monde sautera sur le même bateau.

J.R. NYQUIST : La Chine est marxiste-léniniste. Qu’en est-il de ces autres pays marxistes-léninistes comme Cuba, le Venezuela, le Vietnam, le Laos, le Cambodge, la Corée du Nord, etc. Le Pérou a maintenant un président marxiste. Un ancien guérillero marxiste pourrait gagner les élections en Colombie.

LUDE : A l’époque, vous le savez probablement, il y avait l’Internationale communiste. Après l’effondrement de l’Union soviétique, la Chine a pris la tête de l’Internationale. Ce n’est pas un titre ouvertement déclaré, mais la Chine étant le plus grand pays communiste, elle a pris la tête de l’Internationale communiste. Ils ont construit à partir de cela.

J.R. NYQUIST : J’ai entendu dire que les gouvernements communistes d’Asie du Sud-Est avaient été informés que la Chine et la Russie prévoyaient d’entrer en guerre avec les États-Unis dans un avenir pas trop lointain et qu’ils devaient eux aussi se préparer. J’ai entendu cela il y a deux ans.

LUDE : C’est certain. Nous pouvons vérifier cette information, en fait.

J.R. NYQUIST : Vous avez mis la main sur cet enregistrement étonnant, les 56 minutes de la réunion du comité permanent à Guangdong qui mentionne une contre-attaque américaine contre des cibles stratégiques chinoises à Guangdong. S’attendent-ils à être frappés par des armes nucléaires américaines ?

LUDE : Oui, c’est certain. Le gouvernement chinois ne se soucie pas vraiment de la vie de son peuple. Ils utilisent le peuple comme bouclier. Ils utilisent les gens comme une ressource. S’ils sont frappés par des armes nucléaires et que des millions de personnes meurent, ils ne froncent même pas les sourcils.

J.R. NYQUIST : Et je crois savoir que lorsque vous avez publié l’enregistrement de cette réunion, des personnes ont été arrêtées et tuées ?

LUDE : Il y a 40 personnes qui font l’objet d’une enquête en ce moment. Cela a déjà [justifié] la loi martiale pour ces personnes déjà.

J.R. NYQUIST : Quand vous entrez dans le système du Parti communiste Chinois, ils entrent en contact avec vous. Donc, s’ils mettent la main sur une de vos sources, ils peuvent la retourner et vous fournir de fausses informations ? Comment faites-vous pour éviter de recevoir de fausses informations ?

LUDE : D’après votre description, je peux voir que c’est une façon très courante pour la CIA de travailler contre l’ancienne Union soviétique et pour le KGB de travailler contre les Américains à l’époque ; mais nous utilisons une approche totalement différente. Le PCC déclare une “guerre du peuple” contre l’Occident. Nous, en même temps, nous utilisons aussi une guerre du peuple contre le PCC.

J.R. NYQUIST : Ont-ils déjà essayé de vous donner de fausses informations ?

LUDE : Absolument. À cent pour cent.

J.R. NYQUIST : Ils doivent vraiment vous détester. Est-ce qu’ils s’en prennent à vous ?

LUDE : Oui, absolument. Ils ont essayé de le faire plusieurs fois.

J.R. NYQUIST : Alors, comment saurons-nous quand cette guerre va commencer. Qu’est-ce que nous cherchons ?

LUDE : Le calendrier dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord, les négociations entre la Chine/Russie et les États-Unis. Si ces négociations se déroulent bien, ils proposeront une [nouvelle] ligne de démarcation dans le Pacifique. Ils parviendront alors à un accord. Dans ce cas, nous ne verrons probablement jamais de guerre. Si les États-Unis ne se retirent pas de Taïwan, de la première chaîne d’îles, et si les États-Unis ne respectent pas du tout les demandes de la Chine et de la Russie, alors la Chine et la Russie commenceront à mener cette [guerre] dans deux ou trois mois. Mais “mener”, comme nous l’avons mentionné, c’est parler et se battre, parler et se battre – ce genre de thème. Ils utiliseront tous les types de guerre, dans tous les domaines, pour atteindre leur objectif stratégique. Ils parleront au fur et à mesure.

J.R. NYQUIST : Donc, [pour être clair], il y aura un blocus de Taiwan et il y aura toutes sortes de discussions.

LUDE : D’abord, ils bloqueront Taïwan par voie aérienne et maritime. Et ensuite, ils utiliseront cela comme un chantage pour forcer les États-Unis à quitter la première chaîne d’îles. Les repousser sur la deuxième chaîne d’îles. Si les États-Unis ne sont pas d’accord avec ce genre de demande, il y aura une guerre. Il y aura un conflit militaire. Si le conflit militaire se passe bien pour les États-Unis, alors c’est une autre histoire. Si cela ne se passe pas bien pour les États-Unis, alors ils continueront à parler. Toutes ces choses se produiront en même temps.

J.R. NYQUIST : Donc ils ont des contingences.

LUDE : Oui, exactement.

J.R. NYQUIST : Ils veulent donc que le Japon, la Corée du Sud et Taiwan soient dans leur sphère d’influence, de leur côté du Pacifique.

LUDE : Oui, exactement. Ils veulent que Taiwan, le Japon et la Corée du Sud soient sous leur contrôle. Ce sera un coup énorme pour la technologie et l’économie américaines. Ces trois pays sont essentiels pour les semi-conducteurs, l’électronique, les véhicules à moteur, et même l’armée. Si les États-Unis sont évincés de la première chaîne d’îles, ces pays tomberont aux mains de la Chine et ce sera un désastre pour les États-Unis.

J.R. NYQUIST : Et l’Australie ? Compte-t-elle dans leur stratégie ?

LUDE : Les élections australiennes viennent de se terminer et le parti travailliste a pris le pouvoir. Cela peut être délicat à l’avenir pour la diplomatie américaine. Il y a certains acteurs clés dans le parti travailliste, qui sont très proches du PCC, et c’est ce que le PCC voulait. J’ai des communications en provenance d’Australie ; ainsi, en avril dernier, une source a déclaré que le parti travailliste allait gagner les élections.

J.R. NYQUIST : Intéressant. Y a-t-il quelque chose que j’ai manqué et que vous aimeriez ajouter ?

LUDE : Je veux avertir les élites politiques américaines qu’il n’y a pas de place pour le compromis. Si les Etats-Unis perdent Taïwan, la Corée du Sud et le Japon, la chaîne d’approvisionnement des Etats-Unis se brisera, ce sera un désastre. L’économie serait désastreuse. La Chine et la Russie commenceraient alors à remuer les choses aux États-Unis. Cette défaite ramènerait les États-Unis cent ans en arrière.

J.R. NYQUIST : S’il y a un éclatement des États-Unis, ou un quelconque affaiblissement, les Russes et les Chinois – j’imagine – enverront des troupes aux États-Unis.

LUDE : Oui. L’Aube rouge n’est plus vraiment un film.

J.R. NYQUIST : Ils seraient bien accueillis par certaines personnes en Californie, je pense.

LUDE : Les dictatures jouent des tours de nature psychologique. C’est une de leurs principales compétences à travers l’histoire. Xi et Poutine ne font pas exception. Si nous, Américains – nos dirigeants, notre Congrès – sommes prêts à les affronter, il n’y a qu’une petite chance qu’ils l’emportent. Si nous essayons d’échanger des territoires contre la paix, ce sera un désastre.

J.R. NYQUIST : J’ai connu le colonel Stanislav Lunev, le plus haut gradé des transfuges des services secrets militaires russes. Il a assisté à une réunion de l’état-major russe avant sa défection dans les années 1990. Il s’agissait de la coordination secrète de la Chine et de la Russie dans une guerre future ; et [il a dit] qu’ils avaient divisé l’Amérique du Nord de sorte que la Chine obtienne les 48 États inférieurs tandis que la Russie obtiendrait l’Alaska et certaines parties du Canada. Avez-vous entendu quelque chose de semblable de la part de l’une de vos sources militaires chinoises ?

LUDE : Oui, nous avons parlé de ce plan dans notre émission.

J.R. NYQUIST : Et croyez-vous à l’authenticité de ce discours secret du général Chi Haotian, prononcé il y a une vingtaine d’années, alors qu’il était ministre de la Défense [de la Chine], parlant de l’utilisation d’armes biologiques pour “nettoyer l’Amérique” tout en faisant croire que leurs préparatifs de guerre visent Taïwan alors qu’ils visent en réalité l’Amérique ?

LUDE : A l’époque de Mao, il y a quarante, cinquante, soixante ans, ils avaient trois armes principales. La première est l’arme nucléaire. La seconde est l’arme biologique. La troisième est l’arme d’infiltration.

J.R. NYQUIST : On dirait que rien n’a changé. Merci beaucoup de m’avoir accordé cette interview. Cela a été très instructif.

Traduction de l’anglais par AntiPCC

Pour lire l’article original, cliquez ici.

Advertisement

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: