La fable de la mondialisation sauce communiste chinoise

Dans les années 90 il y a un immeuble où tout le monde cohabite plutôt bien. Ça, c’est le monde dans les années 90.

Puis, en 2001, une racaille vient s’installer dans le hall d’entrée. Ça, c’est le Parti Communiste Chinois.

Au début, les habitants ne disent rien, la racaille n’a pas l’air très agressive, elle les salue poliment.

Et puis, au bout de quelques mois, elle commence à demander aux habitants, blancs uniquement, de payer 1€ pour pouvoir atteindre les ascenseurs. Ça correspond aux vols technologiques de la Chine.

Certains sont choqués, mais ils donnent, se disant qu’ils aident quelqu’un dans le besoin.

Et puis, ça dure quelques temps, avant que le droit pour passer devienne 5€, puis encore après 10€. On est en 2010, et certains se disent que ça va trop loin, mais s’ils refusent de payer la racaille les menace de les taper. En plus elle est rejointe par des copains. Ça, c’est le Pakistan, l’Iran, la Corée du Nord.

Et puis un jour, en 2016, le plus fort de l’immeuble refuse de payer les 50€ qu’on lui demande désormais. Comme il est le plus fort, il peut passer, mais à condition de négocier à 25€ son passage. Ça, c’est Trump qui négocie avec la Chine.

Et puis, en 2020, la racaille ne veut plus négocier, elle demande 100€ et comme personne ne veut payer elle commence à taper tout le monde. Ça, c’est la pandémie.

Ça crée un sentiment de terreur dans l’immeuble vous imaginez bien. Les gens ont des bleus partout, des yeux au beurre noir, certains meurent. On appelle la police mais elle ne fait rien, au contraire elle dit que s’en prendre à la racaille c’est raciste. Il vaut mieux s’enfermer chez soi pour ne pas risquer de se faire castagner. Ça, c’est l’ONU et l’OMS, et le confinement.

Et puis, les choses deviennent de plus en plus intenables, alors les habitants se réunissent pour savoir comment régler le problème. Le plus puissant dit qu’il faudrait virer les racailles, mais les autres ont peur parce que ce n’est pas légal et parce qu’ils sont contre la violence. Alors ils trouvent une solution : inventer un sparadrap pour faire cicatriser les blessures plus facilement. Ça, c’est le vaccin.

Ça prend du temps, et puis ils finissent par inventer ce sparadrap magique. Ils se réjouissent parce que la science avance. Mais la racaille est toujours là, elle distribue toujours les coups, et puis il y a des coups qui ne cicatrisent pas bien avec le nouveau sparadrap. Parce que la racaille s’est équipée de pelles, de manches de pioche, et de tout un tas d’outils. Ça, ce sont les variants.

Alors les habitants décident, non pas de virer la racaille, ni de lui demander des comptes, mais de trouver de nouveaux sparadraps pour ces nouveaux coups.

Jean Robin

twitter : @JeanRob54950229

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website with WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: